menu

Studio Idaë

Mémoires d’une balle au bond

Installation

Mémoires d’une balle au bond

14 millions de balles de tennis sont utilisées chaque année, dont 10% est réintroduit dans une filière de recyclage grâce à l’opération “balle jaune”. La balle de tennis est composée d’un élastomère (EPDM) et d’une feutrine réalisée à partir de textiles recyclés. L’élastomère est transformé en revêtement de sol mais la feutrine ne trouve aujourd’hui aucune application, elle est jetée. Mémoires d’une balle au bond a pour objectif de révéler le potentiel de ce matériau, en incarnant ses nouveaux usages dans des objets expressifs.

Mémoires d'une balle au bond, Isabelle Daëron

Mémoires d’une balle au bond, dessin d’intention, 2015.

Hantée par le match de M. Hulot et les rebonds de balles perdues dans le film Les Vacances de M. Hulot de Jacques Tati, Mémoires d’une balle au bond s’attache à traduire les qualités acoustiques et physiques de la feutrine broyée des balles de tennis, à travers trois objets :

– une fenêtre sonore qui diffuse un match de tennis

– une assise, surface molle obtenue par ajout successif de matière

– un tapis-récipient moulé à partir de feutrine broyée et d’un liant contenant de la terre battue

Mémoires d'une balle au bond, Isabelle Daëron

Mémoires d'une balle au bond, Isabelle Daëron

Mémoires d'une balle au bond, Isabelle Daëron

Mémoires d'une balle au bond, Isabelle Daëron

 

2015
Dimensions variables
Matériaux : feutrine de balle de tennis, ballons, bois.
Crédits photographiques : Isabelle Daëron et Marie-Sarah Adenis

Équipe : Isabelle Daëron et Camille Jégo (stagiaire)
Remerciements : Fédération Fançaise de Tennis, Babolat, ARFP, Xavier Bonsergent, Camille Drozdz (stagiaire), , Marie-Sarah Adenis.

Commanditaire :
Ministère de la Culture et de la Communication et le Ministère de la Ville de la Jeunesse et des Sports
Exposition Secondes Vies, métamorphoses du matériel sportif.

close

Atelier 6.1
20, rue Primo Lévi
75013 Paris
contact@isabelledaeron.com

Designer et chercheuse en design, diplômée de l’ENSCI-Les Ateliers et de l’Esad à Reims, Isabelle Daëron conçoit des scénarios articulant ressources naturelles et habitabilité. Son approche est protéiforme, et s’inscrit dans les domaines du design produit, design urbain et design d’espace. Ses projets mettent en perspective l’importance de l’enjeu environnemental actuel et leur champ d’application (flux, mobilité, espace public) tout en valorisant les ressources disponibles sur le territoire auquel ils sont attachés.

Certains de ses travaux, réunis sous la thématique des «Topiques» — Topique-eau, une fontaine filtrant l’eau de pluie ; Topique-eau-des-Cimes, un micro-réseau d’irrigation ; Topique-ciel, un miroir naturel alimenté par l’eau de pluie ; Topique-feuilles, un collecteur de feuilles utilisant le vent — ont reçu de nombreuses récompenses, telles le Prix Lille Design en 2012, Le Grand Prix de la ville de Paris en 2013 et le Prix Audi Talents Award en 2015. Son travail a également été exposé en France, lors de la Biennale internationale du design à Saint-Étienne, les Designer’s Days à Paris ou encore l’exposition «Conversation(s)» au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, et à l’international lors de l’International Craft Design exhibition à Taipei, la Helsinki Design Week, le CCA Kitakyushu au Japon, parmi d’autres.

Finaliste du Prix COAL – Art et Environnement 2017 et lauréate FAIRE DESIGN 2018, Isabelle Daëron travaille en collaboration avec deux designers : Pauline Avrillon, designer diplômée de l’École Boulle travaillant sur les projets de design urbain et Floriane Roué, architecte d’intérieur diplômée de l’Ensad, contribuant aux projets de set design (vitrines et scénographies). Ensemble, ils forment le Studio Idaë.

Studio Idaë se structure autour de trois champs de compétences agissant en synergie : design urbain, set design et recherche. Il collabore fréquemment avec des institutions publiques (Cité du design de Saint-Étienne, CAUE Rhône-Alpes, Domaine de Chamarande, Centre Pompidou, etc.), des entreprises privées (Hermès, Leroy Merlin, Orange, Suez environnement, Lesieur, etc.), des municipalités (Ville de Rennes, Ville de Saint-Galmier, Ville de Rheu, etc.) ainsi que des manufactures (Cristal Saint-Louis).

Aujourd’hui, l’ensemble de l’équipe se consacre parallèlement à trois projets : la conception d’une fontaine pour la place Saint-Germain à Rennes ; la réalisation du dispositif Aéro-Seine, bouche de rafraîchissement pour la Ville de Paris ; ainsi que le développement de nouvelles vitrines pour Hermès International et Hermès Japon.

> PressBook2019

 

Conception graphique : Audrey Templier
Développement web : Francis Josserand